Vous naviguez actuellement sur la version PC de notre site

Accéder à la version mobile
close
Retour aux Rendez-Vous

Man, Music and Machine: Conrad Shawcross’ The ADA Project

22 mars 2016
Man, Music and Machine: Conrad Shawcross’ The ADA Project
« Love Art at The Peninsula » revient pour la deuxième année en partenariat avec la Royal Academy of Arts, l’institution britannique artistique majeure. Présentant une œuvre révolutionnaire de l’artiste britannique Conrad Shawcross de l’académie, l’ADA Project allie sculpture, robotique et musique pour créer un spectacle visuel impressionnant, comprenant une série de collaborations entre Shawcross et des compositeurs contemporains de renom. Sublimant les principes de la sculpture, de la robotique et de la musique, selon Tim Marlow, le directeur artistique de la Royal Academy, « toute l’idée de métamorphose et de transformation repose au cœur du projet... En prenant un robot industriel servant normalement sur les lignes d’assemblage automatisées, Shawcross l’a programmé pour effectuer quatre routines chorégraphiées avec chaque compositrice répondant aux mouvements du robot. »

Pour la première exposition de Shawcross en Asie, une série de spectacles dans le mythique restaurant The Lobby du Peninsula fera intervenir la compositrice britannique Mira Calix dans “If When While For , accompagnée des chants de la soprano hong-kongaise Joyce Wong, qui chantera ses complaintes face au robot le 22 mars à l’ouverture, le 23 mars pendant l’heure du thé à 15 h et 17 h et lors du gala Love Art exclusif le 24 mars. L’œuvre sera en « mode salon » aux autres moments et le public sera invité à « lire » l’un des quatre morceaux créés par les compositeurs Beatrice Dillon et Rupert Clervaux, Tamara Barnett-Herin et Mylo, Holly Herndon et Calix.

Entre art suscitant la réflexion et gastronomie stimulante, notamment, The Peninsula Hong Kong vous invite à découvrir Love Art sous toutes ses facettes.
L’ADA Project est une installation robotique révolutionnaire imaginée par Conrad Shawcross de la Royal Academy, consacrée aux formes, à la musique, aux mathématiques et à l’histoire. Pour parler de sa création, Shawcross évoque l’influence innovante d’Ada Lovelace, la fille de Lord Byron, une mathématicienne britannique du XIXe siècle ayant étroitement collaboré avec Charles Babbage, largement considéré comme le « père de l’informatique ». Lovelace avait prédit que la machine à compter de Babbage pourrait un jour composer de la musique. Elle se mit à créer un algorithme considéré comme le tout premier programme informatique au monde, 150 ans en avance.

L’ADA Project consiste en une série continue de commandes musicales à l’aide d’un robot d’assemblage industriel modifié servant d’instrument unique. Jusqu’à présent, le projet a créé quatre œuvres de quatre compositrices contemporaines, après que chacune eut passé un court séjour dans l’atelier de l’artiste où elles ont travaillé avec Shawcross en se basant sur les découvertes de Babbage et Lovelace tout en répondant directement à une chorégraphie robotique inédite imaginée pour elles par Shawcross.  

Les séquences programmées, ou « clavettes », ont toutes été créées par l’artiste en réponse à des proportions clés des dessins mécaniques méticuleux de Babbage dans sa machine à calculer, appelée la « machine à différences ». Alors que Babbage avait dédié sa vie à la création de la machine, elle ne vit jamais le jour de son vivant. Elle a depuis été mise au point par le Science Museum de Londres, prouvant tout le génie de Babbage.   

Dans le cadre de Love Art at The Peninsula, l’ADA Project est exposé dans le restaurant The Lobby du 22 mars au 5 avril. Le robot proposera quatre séquences musicales en « mode salon » au cours de la journée lors des quatre performances envoûtantes de la compositrice britannique Mira Calix. La soprano fera tomber le robot sous le charme, la machine répondant à une série de complaintes langoureuses, reproduisant ses ouvertures musicales.

Des impressions numériques en édition limitée des séquences correspondantes seront exposées dans l’espace dédié au premier étage de l’hôtel pendant la durée de l’installation du restaurant The Lobby, étendant encore la portée et la résonance de l’ADA Project.


©Conrad Shawcross, The ADA Project, 2016
Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de Victoria Miro, Londres.
RETOUR EN HAUT DE LA PAGE